ConfirméPaul Antoine MiquelPhilosophieRencontres avec des spécialistes

La dimension cosmique d’une éthique de responsabilité pour les générations futures

éthique de responsabilité

Le développement d’une éthique de responsabilité

Le projet est de développer une éthique de responsabilité vis-à-vis des générations futures et qui se focalise autour de deux problèmes : (1) la question de l’intégrité et (2) la question de l’existence future de l’espèce humaine.

1- Pourquoi une éthique, plutôt qu’une politique ? Il faut d’abord noter que ce ne peut pas être une éthique au sens traditionnel.

  • Traditionnellement on oppose le droit à la morale, par le fait que les normes juridiques sont contraignantes. Or, on a déjà légiféré sur ces deux questions qui font partie du bio-droit ; pour la première autour notamment des lois françaises sur la bioéthique (1994, 2004, 2011, etc.), pour la seconde autour du principe de précaution, qui apparaît dans la législation européenne et française.
  • Ensuite traditionnellement on distingue l’éthique qui relève de notre bien individuel et la politique qui relève du bien commun. Mais les questions (1) et (2) ne relèvent pas que du bien individuel. Elles relèvent aussi du bien commun. Pourquoi les nommer « éthiques » ?

2- L’hypothèse de travail est la suivante : ces deux questions concernent le pouvoir que nous exerçons individuellement ou collectivement sur les générations futures. Ce pouvoir n’est pas un pouvoir politique normal. Dans toute forme traditionnelle de pouvoir politique, il y a des rétrocontrôles. La souveraineté politique agit sur l’action des autres, mais il y a toujours des procédures à travers lesquelles ceux qui subissent ce pouvoir peuvent contrôler en retour les décisions du souverain, voire les critiquer où encore s’y opposer. Un exemple simple est le suffrage universel. La séparation du politique et du juridique. Le pluralisme de partis et de syndicats. La liberté de la presse et des media, dans les démocraties modernes. Il y a donc ici des formes complexes de réciprocité de droits et de devoirs, à travers cette relation de pouvoir.

Lire la suite

2 réflexions au sujet de « La dimension cosmique d’une éthique de responsabilité pour les générations futures »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *