CognitifNos chroniques

Chronique d’un NXU 4 : Pourquoi l’IA ne remplacera pas l’Humain

Chronique-NXU-ThinTank-NBIC

Chronique d’un NXU 4 : Pourquoi l’IA ne remplacera pas l’Humain

 

Bonjour à tous, nous attaquons aujourd’hui notre quatrième chronique d’un NXU. Il sera question aujourd’hui du lien que nous entretenons avec nos cellules et de l’impact de l’intelligence artificielle. Lien pas évident à première vue,  mais NXU vous explique 😉

 

La conscience un lien qui nous unie

​Quelle sorte de conscience a existé dans la première molécule qui, au sein de l’océan primordial, a découvert qu’elle pouvait trouver une stratégie pour se reproduire. Certes, une conscience bien différente de la nôtre, mais déjà un embryon de conscience.

La lueur ​d’une conscience primordiale et archaïque, d’un instinct de vie, la naissance d’une force vitale. Et depuis, cette force vitale s’est transmise à tous les êtres vivants. On peut lui donner le nom que l’on veut et sourire, mais la conscience moléculaire fut génératrice de conscience plus évoluée, aboutissant au premier ganglion nerveux et à l’élaboration progressive du système nerveux humain, et à la conscience humaine. Cette conscience humaine est à la fois conscience du corps et de ses tissus, cellules et molécules, conscience de l’esprit et de la transcendance.

 

Encourager ses molécules

Il ne peut pas avoir de dissociation entre la conscience humaine et celle de la molécule, son support de base, sinon l’unité de l’homme est rompue, sa construction même se déchire. Proposer à l’homme l’aventure de sa conscience moléculaire n’est pas si complexe. C’est une sorte de reconnaissance du travail moléculaire incessant qui s’effectue en nous pour nous construire. C’est aussi un encouragement donné à nos molécules.

Un encouragement, ce terme peut paraître bizarre, mais que se passe-t-il dans le stress négatif ? Les molécules n’ont probablement plus le sentiment d’œuvrer dans le sens de l’élan vital. Elles perdent leur repère primordial, archaïque, elles se dérèglent, les symptômes apparaissent puis les pathologies. Un monde s’écroule et l’unité primordiale vitale de l’être humain perd son sens. Œuvrer pour une conscience moléculaire, c’est dire aux molécules notre désir de vivre, leur communiquer notre élan existentiel pour qu’elles accomplissent leur rôle dans l’harmonie de notre être.

 

Et l’Intelligence Artificielle dans tout ça ?

On imagine que 150 millions d’emplois vont être remplacé par la robotisation (d’après Jeremy Rifkin). Il existe même un site qui vous informe de combien de chance vous avez d’être remplacé par une IA. De plus en plus de produit sont à base d’intelligence artificielle et maintenant elle va piquer votre emploi.

Mais je pense intuitivement qu’une Intelligence Artificielle ne remplacera jamais un Humain. C’est notre conscience moléculaire qui nous a fait réaliser nos plus grand exploit : atterrir sur la Lune, dompter les océans, comprendre notre corps, … C’est cette conscience qui fait que nous nous transformons sans cesse, que nous évoluons. L’intelligence artificielle n’a pas ce lien mais la grande question est de savoir si elle restera dépendante de l’humain qui l’a créée. C’est LA question posée par NXU.

La technologie avance mais l’humain aura-t-il toujours le dessus ? Terminator arrivera-t-il un jour  à votre porte ?

 

Daniel Guyonnet / Vice-Président NXU

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *